Julien et Mahi-Mahi

Julien

Je m’appelle Julien Letissier, je suis sportif, dynamique et motivé et je rêve de course au large depuis l’âge de 10 ans.

Compétiteur depuis le plus jeune âge. J’ai validé, après le BAC, une licence de STAPS pour parfaire ma connaissance de la performance sportive. Puis j’ai obtenu mon diplôme de technicocommercial de l’industrie nautique à l’Institut Nautique de Bretagne en 2015.

Je connais bien le départ des grandes courses Françaises pour être allé de nombreuses fois saluer ces marins qui quittent le ponton à l’assaut du large. J’y allais pour rêver, voir ces bateaux qui me fascinent et ces marins qui partent braver l’imprévisible que réservent la Route du Rhum ou encore le Vendée Globe.

Et puis après tout, pourquoi pas moi ?

Les marins font rêver les gens, ce doit donc être un métier merveilleux !

A 26 ans, je souhaite porter un projet collectif basé sur la course au large en solitaire et ainsi passer du rêve à la réalité. Naviguer sur les plus grands océans du monde, voyager et vivre des aventures sportives et humaines hors du commun.

Pour réussir je peux compter sur mon expérience acquise tant sur le plan sportif que dans le cadre de l’entreprise ainsi que sur ma personnalité. A la fois compétiteur aguerri et admirateur respectueux,de l’océan, extraverti et passionné de technologies, j’aime relever des défis à la fois intellectuels et physiques.

Entouré de mes proches, de grands acteurs de la course au large professionnelle et d’un large réseau de personnes compétentes à mes côtés, mon projet repose sur une base solide.

Julien Letissier portrait

A 24 ans, j’ai débuté ma vie active en m’associant au développement de la Start-Up « Transsonique », spécialisée dans la conception, la construction et la vente de voiliers nouvelle génération. J’endosse les responsabilités de chef de production et j’assiste Yannick d’Armancourt, architecte navale, dans le développement de l’ePoh. Ce bateau, dont une vingtaine d’unités ont aujourd’hui été vendues, est né de notre passion commune pour les voiliers performants.

J’ai commencé à naviguer à l’âge de 5 ans, en dériveur et en croisière familiale. Le virus paternel m’ayant été transmis, j’ai fait mes armes en régate au Centre de Voile de Saint Quentin sur l’ensemble des supports de la Fédération Française de Voile (Optimist, Laser, 420, 470, 5O5). C’est au Pôle Nautique Sud Goëlo en Bretagne que j’ai découvert par la suite la course en flotte et le match racing.

régate Archambault 35 Hey Joe

Je régate depuis 20 ans, et depuis plus de dix ans j’embarque comme skipper ou équipier sur des voiliers de course habitables ; en convoyage, ou en course, en équipage, en double ou en solitaire.

Toutes ces formes de navigation sont passionnantes et formatrices.

Aujourd’hui je me sens prêt à m’essayer à l’expérience ultime de la course au large en solitaire.

 

PRINCIPALES EXPÉRIENCES NAUTIQUES

  • Environ 25 000 mn parcourus à ce jour (46 000km)
  • CeltiKup 2017 (course en double) : 1er
  • Duo Cat-Amania 2016 (course en double) : 4e
  • 2 podiums sur le Spi Ouest France en 2012 et 2013.
  • 3 podiums sur la Course Croisière Edhec entre 2012 et 2015
  • Nombreux convoyages en solitaire autours de la Bretagne et entre l’Angleterre et la France
  • Développement et optimisation d’un prototype de 12m en vue des courses du RORC
  • Tour de Bretagne en tant qu’équipier à bord d’Actual Ultim, trimaran océanique de 34m

MAHI - MAHI

Mon projet est bien avancé puisque je viens d’acquérir Mahi-Mahi, le Pogo3 N° 869, skippé jusqu’à présent par Charly Fernbach.

Il s’agit d’un bateau de série de dernière génération, dessiné et conçu par Guillaume Verdier, architecte naval des plus grands trimarans de course actuels ainsi que des 5 premiers bateaux du Vendée Globe 2016.

Construit chez Pogo Structures à Combrit dans le Finistère, le Pogo 3 est un bateau solide et très rapide. Ce mini au caractère breton bien trempé remporte depuis 2 ans toutes les courses du circuit Mini en catégorie « série ».

Sur l’édition 2017 de la Mini-Transat, les 7 premiers bateaux de série sont des Pogo 3.

Mahi-Mahi est parfaitement fiabilisé et connait bien la route des Antilles pour s’être classé 4e lors de l’édition 2015 de la Mini-Transat. Le reste de son palmarès est tout aussi brillant puisqu’il remporte 3 courses entre 2015 et 2017 et signe 7 podiums sur 17 épreuves disputées.

C’est un bateau à la fois puissant et rassurant et il sera la monture idéale pour nous emmener, mes partenaires et moi, de l’autre côté de l’Atlantique !

pogo 3 869

Les mini 6.50 sont les plus petits voiliers de course au large, mesurant 6.50m de long pour 3.00m de large et disposant d’une voilure gigantesque, ils sont de véritables bolides des mers pour marins solitaires.

Capables d’affronter le large et de traverser les océans les « Mini » sont depuis toujours les laboratoires technologiques des grands voiliers de course.

Le circuit Mini a pour but de limiter la course à l’armement bien souvent démesurée dans la course à la voile afin de permettre à un grand nombre de skippers, jeunes et moins jeunes, de s’aligner au départ de ses épreuves dans les meilleures conditions possibles.

Véritable révélateur de navigateurs talentueux, ce circuit a vu émerger de ses rangs des skippers tels que Michel Desjoyeaux (Mer Agitée), Thomas Coville (skipper Sodeb’o) ou encore Yves LeBlevec (skipper Actual).

Présent dans une quinzaine de pays et proposant, en France, plus de 20 courses annuelles ainsi que la mythique Mini-Transat, le circuit Mini ne cesse d’attirer de nouveaux concurrents chaque année.

HAUT